technologies-homme

L’Internet mobile à l’horizon 2010

Gratuit, avec de la pub ? Payant, via la facture des opérateurs ?

Probablement un mix des deux. Voila le genre de questions que l’on se posait à l’orée des années 2010

Le Congrès mondial des mobiles, qui se termine jeudi à Barcelone, a confirmé que l’année 2008 était bien, enfin, celle de l’Internet mobile.  Mais le consensus sur le modèle d’affaires reste  à trouver.

Chacun se surveille  et tout le monde se méfie, une fois encore, des nouveaux entrants, comme Apple, ou des pure-players, comme Google, qui ont déjà chamboulé plusieurs industries.  Apple et Google étaient d’ailleurs absents de la grande messe annuelle de Barcelone.

Les opérateurs n’ont qu’une peur: celle d’être court-circuités et de se retrouver à la tête de “dumb pipes”, des tuyaux stupides. Après tout, le transport de voix étant désormais gratuit (commodity, comme les news!), il faut se diversifier.  Ils tentent donc tous de devenir des plateformes intelligentes de contenus, quitte à passer des accords, comme hier entre Yahoo! et T-Mobile, pour se partager la pub, ou à créer des studios de cinéma, comme Orange.

Les pure-players, ne jurent que par la pub. Pensez donc! Le chiffre magique cette semaine était “3 milliards”. Pour 3 milliards de téléphones mobiles en marche dans le monde, contre moins d’un milliard de PC!  Google et Yahoo! comptent bien rééditer sur les mobiles l’opération qui leur a si bien réussi sur le Web fixe.

Les producteurs de contenus, essaient, eux, de ne pas rater une nouvelle fois le coche et se positionnent tous azimuths.

Softbank, le leader de l’Internet au Japon (possède Yahoo! et Vodafone Japon entre autres) et en Chine (via sa participation dans Alibaba), croit, dur comme fer, dans le système payant. “C’est simple, a martelé, son charismatique président, Masayoshi Son, avec les mobiles vous avez 100% de facturation, donc 100% de relations avec les utilisateurs! “. Vous pouvez recourir au micro-paiement et mélanger avec de la pub non intrusive. Softbank a d’ailleurs interdit les “banners ads” sur ses mobiles.