jeux

Les jeux vidéo de guerre dans tous leurs états, suite

suite de notre revue de l’année 2009 et des grosses sorties jeux videos de guerre cette année là…

EA Games (jeu Fifa etc. ) et DICE, voyant venir la lame de fond, prennent le parti de développer leur propre jeu de guerre moderne dans la série Battlefield. Ils restent sur leur précédente recette, la sauce Bad Company. Ayant connu un succès relatif, il était assez légitime de continuer sur cette lancée.

Battlefield : Bad Company se démarque par l’ampleur de son gameplay. Des maps plus grandes, des véhicules, des mods de jeux différents de CoD… Bref, la licence à succès de EA veut envoyer une écharde dans le pied de Infinity Ward, ou plutôt un piège à loups sur Enemy Territory : Quake Wars. Le pari est à peu près réussi puisque DICE vole environs 2.5 millions de joueurs à CoD.

Encore une fois, le timing est très bon. Cinq mois après CoD, les joueurs qui n’ont pas aimé le jeu, ou ne l’aime plus, veulent du sang neuf. DICE arrive tel le messie et donne à ces joueurs ce que Infinity Ward n’a pas pu leur donner.

Toujours niveau timing, pourquoi MoH a-t-il connu un démarrage en demi-teinte par rapport à ses concurrents ? Le jeu sort en… octobre ! Et qu’est ce qui sort en novembre ? Call Of Duty Black Ops !

Paradoxalement, le secteur devient saturé, en à peine 1 an. La sortie de Black Ops est tellement anticipée que les plus grosses firmes mondiales essayent de coller à l’agenda d’Activision ! Pas étonnant que Medal Of Honor, le plus mal placé dans ce quatuor et certainement pas le meilleur, n’arrive pas à se faire une place au soleil…

Cela peut vous paraitre hautain, mais je pense que 50% du succès (ou non) de ces jeux est dû au timing. La période de l’année, quel jeu est sorti avant, quel jeu sortira après, les joueurs sont-il déçus, le secteur est-il saturé, etc…

Bien évidemment, un bonne grosse campagne de pub, des teasers, des images, des vidéos et des annonces complètent la mécanique bien huilée des sorties de jeux. Les jeux de guérilla urbaine n’ont pas fini de squatter nos téléviseurs, et nous ne pouvons que constater que c’est un créneau précurseurs du lancement à grande échelle suivi de ripostes de la part d’autres éditeurs. Et c’est peut être ça, la « Modern Warfare »… Après tout, tant que cela nous permet de jouer à des jeux toujours meilleurs, nous sommes ravis…